Press "Enter" to skip to content

La pire attaque de l’histoire de la Somalie

Plus de 300 personnes sont mortes à la suite des bombardements de camions perpétrés samedi dans la capitale somalienne, Mogadiscio, selon le dernier rapport publié à Reuters par le directeur de l’ambulance municipale Abdikadir Abdirahman. « Nous avons confirmé 300 personnes tuées par l’explosion. L’équilibre doit encore augmenter parce que certaines personnes sont toujours portées disparues », a-t-il dit.

Le précédent bilan, fourni par le Ministre somalien de l’information, Abdirahman O. Osman, faisait 276 morts et quelque 300 blessés. L’attaque, qui a eu lieu à l’intersection du K5 – où se trouvent les restaurants, le siège du gouvernement somalien et les hôtels – a provoqué une onde de choc qui s’est clairement fait sentir dans toute la capitale, ainsi qu’une colonne de fumée noire de trois kilomètres de haut.

Déclarations des témoins

Après l’explosion, selon plusieurs témoins, plusieurs hommes armés ont fait une descente dans l’hôtel Safari voisin, où ils ont passé plusieurs minutes à échanger des tirs avec les forces de sécurité dans un incident dont le nombre de victimes est encore inconnu. En outre, deux heures plus tard, une autre voiture piégée a laissé au moins deux morts dans le district de Medina. Jusqu’ à présent, aucun groupe n’ a assumé la responsabilité de ces attaques, mais tous les regards sont tournés vers la milice islamiste Al Shabaab, une filiale d’Al-Qaïda, l’ancienne aile jeunesse de l’Union des tribunaux islamiques – le régime islamiste qui a contrôlé la capitale pendant six mois en 2006.

L’attaque serait, si sa paternité devait être confirmée, l’attaque la plus sanglante de loin, et de loin, la plus importante de l’histoire de l’organisation, bien au-delà des 70 morts de son assaut sur une base militaire du Puntland au milieu de cette année. Le président somalien Mohamed Abdulahi Mohamed, connu sous le nom de « Farmajo », a déclaré trois jours de deuil pour l’attaque. Mogadiscio a été le théâtre de nombreux assassinats ces dernières semaines, malgré le déploiement massif de la police dans ses rues. La plupart des attaques ont été revendiquées par Al Shabaab.

L’armée somalienne, aidée par les forces de la Mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM), combat les forces d’Al Shabaab, dont l’objectif est de renverser le gouvernement et d’introduire la loi islamique sous sa forme la plus radicale. Le président somalien a déclaré l’état de guerre dans tout le pays en avril et a donné à Al Shabaab 60 jours pour participer à une amnistie, mais le groupe a refusé.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *